Chiffres principaux

Vue aglomération Bordeaux Métropole (c) Arthur Péquin

Un volume de recettes et de dépenses en hausse par rapport à l’exercice précédent

> Dépenses réelles nettes : 1,522 Md € en augmentation de 4,45 % par rapport à 2017, conséquence d’une hausse maîtrisée des dépenses courantes de fonctionnement et du dynamisme des dépenses d’équipement propres (+22,46 %).
> Recettes réelles nettes : 1,684 Md € en progression de 8,6 % par rapport à 2017 en raison du double dynamisme des recettes fiscales (+4 %) et des recettes d’exploitation (+10,80 %) qui compense la baisse désormais structurelle des dotations de l’Etat (-3,23 %).
> Résultat net de clôture : 63,72 M€ pour 54,17 M€ en 2016, en en hausse de 17,62 % en raison du solde positif des restes à réaliser.

Des recettes de fonctionnement toujours en hausse malgré la baisse continue des dotations de l’État.

> Les recettes réelles de fonctionnement s’élèvent à 1,205 Md € en augmentation de 3,03 % par rapport à 2017.
> L’ensemble des recettes de fiscalités et de dotations, y compris la fiscalité indirecte et affectée, s’élève au total à 870,53 M€, en progression de 2,16 % (852,13 M€ en 2017) grâce à des contributions directes en hausse.
> Les contributions directes, y compris les rôles supplémentaires, s’élèvent à 324,27 M€. Elles ont progressé de +4,37 %, en raison de la revalorisation des bases et de leur variation physique positive.
> Le produit du Versement Transports consolidé s’élève à 186,09 M€ soit une progression de 3,81 % par rapport à 2017.
> Le produit de la Taxe d’enlèvement des ordures ménagères TEOM s’est élevé à 96,29 M€ (contre 93,45 M€ en 2017), soit une progresse de 3,04 % pour 2,17 % en 2017.
> La Taxe de séjour reversée à la Métropole au titre de 2018 représente plus de 6 M€, soit +19 % par rapport à l’année 2017. En intégrant les produits des plateformes internet au titre de 2017 et régularisés sur l’exercice 2018, elle s’élève 7,29 M€.
> Des dotations versées par l’État qui représentent au total 154,7 M€, en baisse de -3,24 %, et des allocations compensatrices (102,55 M€) également en baisse de -0,47 %.
> Les recettes du réseau TBM à l’issue de la clôture des comptes 2018 s’élèvent à 82,89 M€, en forte hausse (+9 %), attestant du succès du réseau de transport en commun métropolitain.

> Hors frais financiers, les dépenses réelles de fonctionnement s’élèvent à 867,22 M€, dont 244,75 M€ de charges de personnel. Après une augmentation de +22,9 % en 2016 suite à la mise en place des services mutualisés avec les communes, leur progression globale a été à nouveau contenue en 2018 (+5,9 %).
> Le plafond de dépenses de fonctionnement contractualisé avec l’État (539,38 M€ fixé pour l’exercice 2018, soit une hausse limitée à 1,35 %) a été respecté, ce qui garantit notre collectivité contre l’application en 2019 d’une sanction financière.

> Le programme d’équipement (y compris les subventions d’équipement et fonds de concours) s’élève à 558,39 M€ (491,62 M€ en 2017), ce qui représente une augmentation de 66,77 M€. Il constitue près de 9/10e des investissements globaux sur l’exercice, avec 87,6 % du total des dépenses d’investissement.
> Cette hausse porte essentiellement sur les investissements propres (investissements directs) (+22,46 %), qui s’élèvent à 476,77 M€ en 2018 dont 282 M€ en faveur de la mobilité et des transports.
> Le pourcentage des crédits consommés ressort à 76,42 %, avec un taux record de 88 % dans le domaine de la mobilité et des transports.

Bordeaux Métropole continue d’assurer son rôle de redistribution malgré la baisse de ses ressources fiscales élargies.

> Les dépenses dites de « redistribution » brutes de fonctionnement s’élèvent à 50,52 M€ dont 16,62 M€ au titre des Attributions de Compensation (AC) et de 33,64 M€ au titre de la Dotation de solidarité métropolitaine (DSM) versées aux communes.
En y intégrant également la part métropolitaine du Fonds national de Péréquation des ressources Intercommunales et Communales (FPIC) de 8,40 M€, les dépenses brutes totales de redistribution s’élèvent à 58,65 M€ (pour 58,44 M€ en 2017).
> Bordeaux Métropole reste une métropole solidaire avec 42,74 €/hab reversés aux communes membres au titre de la Dotation de Solidarité Métropolitaine (DSM).

> Des indicateurs qui confirment une situation financière saine fin 2018, avec une épargne nette en forte hausse.
> L’épargne de gestion (317,63 M€) augmente de 7,10 % et l’épargne nette (242,64 M€) augmentent à nouveau après avoir enregistré une baisse en 2017.
L’encours de la dette augmente de +11,81 % pour atteindre 687,73 M€ fin 2018 sous l’effet la mobilisation de 130 M€ d’emprunts nouveaux en 2018 (dont 80 M€ pour financer le développement des transports en commun), soit une dette par habitant qui progresse de 794 € à 864 €.
> La capacité de désendettement n’augmente toutefois que légèrement, pour atteindre 2,29 années fin 2018 contre 2,22 en 2017, et reste très en deçà de la limite fixée par la loi de programmation des finances publiques de 12 ans.