Chiffres principaux

Vue du ciel sur la Garonne et le Pont levant Chaban-Delmas au coucher du soleil (c) Philippe Caumes - GTM - CCV AIR

Un volume de recettes et de dépenses toujours en hausse par rapport à l’exercice précédent.

> Dépenses réelles nettes : 1,458 Md € en augmentation de 11 % par rapport à 2017.
> Recettes réelles nettes : 1,550 Md € en progression de 10,5 % par rapport à 2017 en raison d’une augmentation des produits d’exploitation et du produit des contributions directes même en l’absence d’utilisation du levier fiscal.
> Résultat net de clôture : 54,17 M€ pour 126,55 M€ en 2016, en forte baisse de 57,2 % par rapport à 2016. Cette évolution s’explique notamment par la volonté de contenir le niveau d’endettement en évitant le recours à l’emprunt.

Des recettes de fonctionnement qui continuent à s’accroître en dépit de la baisse continue des dotations.

> Les recettes réelles de fonctionnement s’élèvent à 1,169 Md € en augmentation de 2,5 % par rapport à 2016.
> L’ensemble des recettes de fiscalités et de dotations s’élève à 571,34 M€ dont près de 45 % de dotations reçues, ce qui atteste toujours d’une dépendance importance du budget de la Métropole aux dotations de l’État
> Des dotations de l’État en baisse continue depuis 2014 : -9,33 M€ pour la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) en 2017.
> Les contributions fiscales (hors rôles supplémentaires, TEOM et Taxe de séjour) et les compensations fiscales s’élèvent à 410,31 M€ contre 399,19 M€ en 2016.
> Le produit de la Taxe d’enlèvement des ordures ménagères TEOM s’est élevé à 93,45 M€ (contre 91,46 M€ en 2016), soit une progresse de 2,2 % pour 9,3 % en 2016.
> Le produit du Versement Transports s’élève à 179,11 M€ soit une progression de 3,9 % par rapport à 2016.
> Les recettes de la Taxe de séjour, qui s’appliquent sur l’ensemble du territoire métropolitain depuis le 1er janvier 2016, s’élèvent à 5,02 M€ contre 4,76 M€ en 2016.

Les dépenses réelles d’investissement en forte progression portées par la dynamique du programme d’équipement.

> En hausse de +27 % par rapport à 2016, le montant global des dépenses d’investissement atteint 619,531 M€.
2,61 Md€ de dépenses d’équipement mandatées depuis 2012.
> Le programme d’équipement s’élève à 491,62 M€ et représente quasiment 8/10e des investissements globaux sur l’exercice avec 79,4 % du total des dépenses. Après 3 années consécutives de baisse, la tendance s’inverse avec un volume d’investissements en hausse de +39,2 % par rapport à 2016.
> Cette tendance à la hausse se constate aussi bien pour les investissements directs du tramway (54,85 M€) que pour les investissements directs hors tramway (+ 38,9 %).
> Le pourcentage des crédits consommés ressort à 78,4 %, taux record qui n’avait jamais été atteint.

Bordeaux Métropole continue d’assurer son rôle de redistribution malgré la baisse du produit fiscal élargi.

> Les dépenses dites de « redistribution » brutes de fonctionnement s’élèvent à 50,90 M€ dont 17,26 M€ au titre des Attributions de Compensation (AC) et de 33,64 M€ au titre de la Dotation de solidarité métropolitaine (DSM) versées aux communes.
> Bordeaux Métropole reste une métropole solidaire avec 43,41 €/hab reversés aux communes membres au titre de la DSM.

> Des indicateurs qui confirment une situation financière saine fin 2017, mais une épargne nette qui a tendance à fléchir.
> L’épargne de gestion (296,57 M€), l’épargne brute (277,46 M€) et l’épargne nette (203,70 M€) enregistrent des baisses par rapport à 2016.
> L’encours de la dette augmente de + 10,3 % pour atteindre 615,10 M€ fin 2017 sous l’effet des emprunts transférés par les communes.
> La capacité de désendettement s’établit à 2,22 années au 31 décembre 2017 (pour 1,94 année en 2016 et 1,92 année en 2015).